Danser face aux glycines

dans l’indifférence du printemps

Written by goofyApril 18, 2020

Traduction d’un texte de Queen of Argyll [Publication originale sur son blog, en italien].

La glycine

Le climat, en ce moment, est particulièrement cruel.

La ville, qui a toujours subi des pluies saisonnières insistantes de l'automne au printemps, est particulièrement sèche et propre cette année.
La brise, libérée des humains, sent le jasmin en fleur et les nouveaux bourgeons.
J'essaie d’emplir mes poumons de bouffées d'air, mais c’est difficile.
Le bleu du ciel me brûle maintenant les yeux ; le soleil ne me réchauffe qu'en surface.
Nous avons de nouvelles barrières : physiques, métriques, métaphoriques.
Nous avons appris à danser selon les pas du serpent silencieux, un tango solitaire mais à l’unisson pour nous fuir et nous épargner.
Quand je rentre chez moi, je lève les yeux vers la glycine douce et sans pitié. Elle semble se moquer de mon désir de printemps.
Peut-être devrais-je comprendre que ni elle ni le printemps ne se soucient de nos danses solitaires.
Une grande chance, en vérité. glycine et danseuse, dessin de Queen of Argyll Dessin d’illustration de l’autrice.

This article is under the CC-BY-SA license.

Login or use your Fediverse account to interact with this article

Comments

No comments yet. Be the first to react!